Le Super-Parent qui maîtrise les huiles essentielles :
– respecte scrupuleusement le nom entier de l’huile, ses indications, ses contre-indications, son mode d’utilisation et sa posologie,
– oublie la voie orale chez l’enfant, les injections aussi,
– ne l’applique pas sur les muqueuses nasale ou uro-génitale, ni dans le conduit auditif, ni dans les yeux,
– fait un test cutané avant d’appliquer une nouvelle huile essentielle ou huile végétale, histoire de voir si son enfant n’y serait pas allergique ; pour cela il applique une très faible quantité de produit dans le pli du coude et observe la réaction,

 – valide son choix d’huile essentielle auprès d’un professionnel en aromathérapie si son enfant a des antécédents d’asthme ou de convulsion,

– ferme et range le flacon immédiatement après utilisation et se lave les mains,

– ne laisse jamais un flacon d’huile essentielle à portée de main d’un enfant, surtout ouvert. 

Les flacons sont équipés d’un compte-goutte lent qui limite les risques de surdosage. En cas d’ingestion accidentelle, de convulsion ou de crise d’asthme, faites le 15. En cas de projection dans les yeux ou de surdosage sur la peau, diluez immédiatement au maximum avec de l’huile végétale et consultez rapidement un professionnel de santé.