Impressionnante, la bronchiolite est une affection virale qui guérit spontanément. Son traitement est finalement très simple et peut se résumer ainsi : vigilance et confort.

 

Consultez !

En cas de bronchiolite il est impératif de voir un médecin, et même de re-consulter si l’état s’aggrave afin d’adapter le traitement et d’évaluer la nécessité d’hospitaliser l’enfant.

 

L’ordonnance

En cas de bronchiolite non compliquée, le traitement repose habituellement sur :

  • Des lavages de nez, à réaliser régulièrement, avant chaque repas et avant le coucher.
  • Un traitement contre la fièvre, si elle est trop élevée.
  • Des séances de kinésie respiratoire. Par des mouvements précis sur la cage thoracique et l’abdomen, qui nécessitent une formation particulière, le kiné fait remonter les bouchons muqueux profonds assez haut pour que l’enfant arrive à les recracher. Pour trouver un praticien, consultez le Réseau Bronchiolite France, votre médecin ou votre pharmacien. Débuter la kiné trop tôt aggraverait les symptômes, c’est pourquoi on attend en général 3 jours avant de commencer les séances.

Les antibiotiques ne sont nécessaires qu’en cas de surinfection bactérienne.

La cortisone et les bronchodilatateurs ne sont utiles qu’en cas d’asthme du nourrisson.

Pensez également aux conseils de Super-Parent pour améliorer le confort de l’enfant.

 

Pas touche à la toux !

Ne donnez pas de sirop contre la toux sèche, celle-ci est indispensable pour libérer les bronches. Ces sirops risquent en plus de déclencher une dépression respiratoire.

Ne donnez pas non plus de fluidifiants bronchiques (sirop ou sachet), ils n’ont aucune efficacité en cas de bronchiolite et augmentent la quantité de mucus.

 

Les Huiles essentielles

Enfant très jeune, risque de dépression respiratoire : attention !

Si vous avez déjà appliqué de l’huile essentielle de Ravintsara (très antivirale) ou de lavande vraie (calmante en cas de grande nervosité), que votre enfant y a bien réagi et avec l’accord de votre médecin, un massage aromatique pourrait être utile. Mais si ces trois conditions ne sont pas réunies, évitez.

Vous pourrez en revanche vous en servir pour assainir l’atmosphère lorsque l’enfant n’est pas dans la pièce.

Tubes et granules

En attendant les séances de kinésie respiratoire et pendant toute leur durée, vous pouvez donner à votre enfant 5 granules d’Ipeca 5CH et 5 granules d’Antimonium tartaricum 5CH, 3 fois par jour, après avoir pris soin de les faire fondre dans un peu d’eau.

En cas de récidives, une consultation avec un médecin homéopathe peut mettre en place un traitement de fond.