L’hiver est la merveilleuse période des épidémies de gastro-entérite et d’infections respiratoires. Rhume ou grippe, quels sont les bons réflexes? Peut-on prévenir ces maladies de saison? Comment soulager le petit malade et protéger son entourage?

C’est un rhume ou c’est la grippe?

La grippe tient son nom commun du verbe « agripper » : elle vous tombe dessus brutalement, avec une forte fièvre « en V » (deux pics élevés séparés par une baisse naturelle de la température), une toux soudaine, sèche et douloureuse, des maux de tête importants, des douleurs articulaires, des courbatures et une fatigue intenses. La grippe s’accompagne souvent de nausée, vomissement, diarrhée et mal de ventre chez l’enfant. Bref, elle vous fracasse et en général on s’en souvient.

Le rhume, ou rhinopharyngite, arrive lui plus doucement par des frissons, le nez ou la gorge qui picotent. Viennent ensuite une fièvre modérée, une toux plutôt grasse, le nez qui coule ou est bouché et une irritation de la gorge. Le malade est fatigué, a des difficultés à manger et à dormir, mais n’est pas épuisé. Il est parfaitement normal pour un enfant de développer un ou plusieurs « rhume(s) » par an.

Pourquoi faire la différence?

téléchargement

Si un rhume est banal la grippe saisonnière, elle, peut être fatale : 350 décès sont directement liés à la grippe en moyenne chaque année en France. Ils résultent d’une déshydratation sévère, d’une surinfection bactérienne (en particulier pneumonie) ou de la décompensation d’une maladie chronique sous-jacente (en particulier cardiaque ou respiratoire).

Les facteurs de risque d’une grippe compliquée sont liés :

  • à l’âge : moins de 5 ans et plus de 65 ans, périodes où l’immunité est moins forte,
  • à l’état de santé : femmes enceintes ou ayant accouché depuis moins d’un mois, personnes présentant des maladies chroniques, une immunodépression ou une obésité.

Néanmoins près de la moitié des cas graves qui nécessitent une hospitalisation surviennent chez des personnes ne présentant pas ces facteurs de risque, la vigilance est donc impérative en cas de diagnostic de grippe avéré.

Quand consulter?

quand consulter

Dans tous les cas vous devez consulter en urgence :

  • si votre enfant a des difficultés à respirer, les lèvres bleues, une toux sifflante,
  • s’il ne répond plus ou vous semble en détresse,
  • s’il crache du sang,
  • en cas d’apparition de boutons, de plaques ou de tâches violacées sur son corps,
  • s’il se plaint d’une douleur très intense, en particulier à la poitrine,
  • en cas de signe de déshydratation.

Prenez rendez-vous avec le médecin qui suit habituellement votre enfant :

  • si votre enfant a un problème de santé chronique, en particulier de l’asthme,
  • si votre enfant présente un signe de possible surinfection bactérienne : il se plaint d’une oreille ou d’une grande difficulté à avaler, sa fièvre reste élevée au bout de 48 heures, ses symptômes durent depuis plus de 5 jours sans amélioration, apparition en plus d’une conjonctivite (présence de pus dans les yeux).

En dehors de ces cas mieux vaut éviter les salles d’attente : votre enfant risque d’attraper une autre maladie de saison et de transmettre ses microbes à des personnes fragilisées. En effet en l’absence de complication, le traitement de la grippe comme du rhume ne nécessite pas d’ordonnance.

Je te donne, donne, donne…

rhume

Plus de 200 virus sont responsables de rhinopharyngite, la plupart sont très contagieux, aiment la chaleur des foyers et les atmosphères confinées. Au fur et à mesure des épisodes infectieux on « fait son immunité », on acquiert des défenses contre les microbes déjà rencontrés, on devient mécaniquement de moins en moins malade.

3 types de virus (A, B et C) et plusieurs sous-types pour le type A (classés H de 1 à 17 et N de 1 à 9 ; on les nomme donc par exemple AH1N1) sont à l’origine des épidémies saisonnières de grippe qui sévissent de décembre à mars. Ils touchent l’Homme mais aussi certains animaux comme le porc ou les oiseaux. Ces virus évoluent, ils varient légèrement d’une année sur l’autre. Ils sont surveillés par l’OMS et, en France, par l’Institut de veille Sanitaire.

Le virus A est le plus scruté car, lorsqu’il change radicalement, il peut être à l’origine de pandémie grippale. Cette nouvelle souche, contre laquelle la population n’est absolument pas protégée, touche alors beaucoup de personnes, avec des formes graves et une mortalité élevée. C’est arrivé 3 fois au cours du XX siècle, dont la fameuse « grippe espagnole » qui aurait causé 100 millions de décès. Le « plan pandémie grippale », qui donne des « recommandations pour protéger la population, préserver le fonctionnement de la société et des activités économiques », est consultable sur les site du Ministère des Solidarités et de la Santé.

La transmission de ces virus se fait par contact direct avec les sécrétions du nez ou de la gorge d’un malade (par un baiser par exemple), par l’air ambiant lorsque les virus y sont projetés lors d’une toux ou d’un éternuement, en portant sa main à son nez ou à sa bouche après avoir touché une personne infectée ou un objet contaminé. Les malades sont contagieux la veille du début des symptômes et jusqu’à 14 jours plus tard. Les virus survivent quelques minutes sur la peau, plusieurs jours sur les objets contaminés, mais sont en général très sensibles aux détergents.

Plutôt prévenir…

pictogramme superparents

Adoptez dès à présent les bons réflexes de Super-Parent face aux miasmes de l’hiver et stimulez l’immunité de vos enfants. Vous pouvez vous aider du livre jeunesse Patatrak pour faire intégrer à votre enfant les mesures de prévention pour préserver sa santé et celle des autres.

Dans le cas particulier de la grippe il existe un vaccin SANS adjuvant, réalisable dès l’âge de 6 mois, à faire 15 jours minimum avant le début de l’épidémie, dont l’efficacité varie en fonction des années entre 60% et 90%. Il est recommandé pour toutes les personnes à risque.

… Que guérir

Le premier des traitements est le REPOS.

En cas de fièvre, habillez légèrement votre enfant et maintenez la température des pièces à environ 19°C. Vous pouvez également consulter l’article « La fièvre, quand et comment la traiter?« . Le paracétamol doit être préféré en cas de douleur. Ne donnez jamais d’aspirine à vos enfants en cas de grippe.

Humidifiez la pièce et faites boire votre enfant régulièrement pour fluidifier ses sécrétions bronchiques et assurer une bonne hydratation.

Fractionnez ses repas pour ne pas trop charger son estomac déjà malmené et réduire les risques de vomissement. Faites des lavages de nez réguliers pour désencombrer l’enfant, surtout avant chaque repas et au moment du coucher.

Couchez-le sur le dos, le haut du corps légèrement surélevé par un petit oreiller plat placé sous son matelas.

Les antibiotiques n’ont aucune efficacité sur les virus, ils peuvent en revanche être prescrits en cas de surinfection bactérienne. Il existe des traitements antiviraux spécifiques de la grippe : Tamiflu® et Relenza® qui,s’ils sont pris dans les premières 48 heures, permettent de réduire l’intensité des symptômes et la durée de l’infection.

Certaines huiles essentielles sont d’une aide précieuse : antivirales, antibactériennes, fluidifiantes, vous pouvez les utiliser de multiples façons. Chez l’enfant on choisit de préférence la Ravintsara ou l’Eucalyptus radié, à l’odeur douce, l’Arbre à thé ou le niaouli, à l’odeur plus marquée.

En homéopathie vous trouverez certaines spécialités contenant plusieurs souches complémentaires pour une même indication comme Allium Cepa Composé ou Coryzalia® pour le rhume, le sirop Stodaline® ou les gouttes L52® pour la toux, les comprimés orodispersibles Angipax® et Homéogène 9® pour la gorge. Attention dans tous les cas aux précautions d’emploi. Une crème au calendula ou de l’Homéoplasmine® apaiseront les petits nez irrités.

 

Un rhume est une maladie banale, que l’on peut rendre moins fréquente, plus courte, moins intense, moins fatigante et éviter la contamination systématique de l’entourage en soutenant les organismes et en mettant en place des mesures simples. La grippe, elle, n’est pas à prendre à la légère.

Illustrations : ©Ancelotte.